Vic-en-Bigorre

Chers amis,
Une nouvelle année commence, c’est l’occasion pour nous de vous souhaiter une année 2019 riche en événements heureux.
« Que le Seigneur vous bénisse et vous garde…. »
C’est aussi l’occasion de jeter un coup d’œil sur l’année passée, et de rendre grâce pour le chemin parcouru, pour l’accueil que vous réservez à vos prêtres  le Père Raphaël de Lassus, avec sa nouvelle charge de Curé, l’abbé Christian, et le diacre Robert Chauveau, pour ce qui a été réalisé avec les enfants, les jeunes de l’aumônerie, grâce aux catéchistes et aux animateurs.
Continuons de marcher ensemble sous la conduite de l’Esprit. Que le divin Rédempteur nous accorde de nous ouvrir toujours plus à sa lumière et à sa Paix, pour faire la volonté du Père.
Merci à tous ceux qui exercent déjà quelque responsabilité dans nos ensembles paroissiaux. Dans la joie de servir le Christ et son Eglise.
Père Raphaël, l’abbé Christian Lagarde,  Diacre Robert


Extraits De L’homélie Du Pape François pour la Fête De Sainte Marie, Mère De Dieu (1er janvier).

« En ce premier jour de l’année, la liturgie fait résonner dans toute l’Église disséminée dans le monde l’antique bénédiction sacerdotale, que nous avons écoutée dans la première Lecture : « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! » (Nb 6, 24-26). Cette bénédiction fut confiée par Dieu, à travers Moïse, à Aaron et à ses fils, c’est-à-dire aux prêtres du peuple d’Israël. C’est un triple vœu plein de lumière, qui provient de la répétition du nom de Dieu, le Seigneur, et de l’image de son visage. En effet, pour être bénis, il faut demeurer en présence de Dieu, recevoir sur soi son Nom et rester dans le cône de lumière qui part de son visage, dans l’espace illuminé par son regard, qui répand grâce et paix.
C’est aussi l’expérience qu’ont fait les bergers de Bethléem, qui apparaissent encore dans l’Évangile d’aujourd’hui. Ils ont fait l’expérience de demeurer en présence de Dieu, de sa bénédiction, non pas dans la salle d’un palais majestueux, devant un grand souverain, mais dans une étable, devant un « nouveau-né couché dans une mangeoire » (Lc 2, 16). C’est justement de cet enfant que rayonne une lumière nouvelle, qui resplendit dans l’obscurité de la nuit, comme nous pouvons le voir sur de nombreux tableaux qui représentent la Nativité du Christ. C’est de lui, désormais, que vient la bénédiction : de son nom – Jésus, qui signifie « Dieu sauve » – et de son visage humain, en qui Dieu, le tout-puissant Seigneur du ciel et de la terre, a voulu s’incarner, cacher sa gloire sous le voile de notre chair, pour nous révéler pleinement sa bonté (cf.  Tt 3, 4).
La première à être comblée de cette bénédiction a été Marie, la vierge, épouse de Joseph, que Dieu a choisie dès le premier instant de son existence pour être la mère de son Fils fait homme. Elle est « bénie entre toutes les femmes » (Lc 1, 42) – comme la salue sainte Élisabeth. […] Marie est mère et modèle de l’Église qui accueille dans la foi la Parole divine et s’offre à Dieu comme « bonne terre » en qui Il peut continuer à accomplir son mystère de salut. L’Église aussi participe au mystère de la maternité divine, à travers la prédication, qui répand dans le monde la semence de l’Évangile, et qui, à travers les sacrements, communiquent aux hommes la grâce et la vie divine. En particulier, dans le sacrement du Baptême, l’Église vit cette maternité, quand elle engendre les fils de Dieu de l’eau et de l’Esprit Saint, qui en chacun d’eux crie : « Abba ! Père ! » (Ga 4, 6). Comme Marie, l’Église est médiatrice de la bénédiction de Dieu pour le monde : elle la reçoit en accueillant Jésus et la transmet en portant Jésus. […]